Mode projet : une formation pour apprendre et transformer l’essai

A partir de début avril, Rennes Business School lance une toute nouvelle formation. Son objectif ? Aider vos collaborateurs à animer et piloter une équipe en mode projet. Un vrai challenge tant sur le plan professionnel que personnel. Les explications de Marie Sophie Codet, consultante et experte en management du changement au sein d’UPLEAD Consulting. 

Mode projet parci. Mode projet par Pas de doute possible. Dans le monde de l’entreprise, le mode projet est la grande tendance de ces dernières années. Pourtant, dans les faits, 80 % des projets n’aboutiront jamais. Et les conséquences peuvent s’avérer désastreuses : perte de motivation des collaborateurs, absence de retour sur investissement pour l’organisation, incapacité à stimuler l’innovation voire à s’adapter à son environnement concurrentiel, etc. Tous les scénarios sont envisageables. 

Alors pourquoi ces impasses organisationnelles ? Les raisons sont multiples. A commencer par la réticence au changement. Pour Marie Sophie Codet, spécialiste en management et en conduite de changement, le mode projet est d’abord et avant tout une grande aventure humaine. Qu’il faut minutieusement préparer. « Tous les détails sont importants. Notamment lors de la phase d’initialisation du projet. Il faut prendre le temps d’analyser les risques et envisager toutes les éventualités. Même le no go. Se précipiter, c’est le meilleur moyen d’aller droit dans le mur en klaxonnant. »

« Le mode projet a horreur du flou »

Fort heureusement, avec une méthode efficace, des objectifs partagés et une bonne dose de conviction, tous les ingrédients sont réunis pour que votre projet parte sur de bons rails. Marie Sophie Godet rappelle à ce sujet la nécessité d’une définition claire du projet et de ses enjeux : « Un projet, c’est faire travailler ensemble des collaborateurs qui n’en ont pas l’habitude. Parfois de services différents. Et le tout de façon non hiérarchique. Le partage d’informations est crucial. Le mode projet a horreur du flou. »

Le reste est affaire de structuration et d’organisation : définir le cadre, synthétiser la fiche projet, caler le planning, choisir des outils collaboratifs efficients, décrire le plus précisément possible les livrables attendus et enfin, bien s’entourer. « Le projet c’est l’univers de la complémentarité. Chacun doit apporter sa pierre à l’édifice. En mode projet, il n’y a pas de solution toute trouvée. Les bonnes idées sont dans la tête de tout le monde. Le projet ne peut se construire qu’ensemble.»

Engagement, fermeté et enthousiasm 

De facto, la réussite du mode projet repose en grande partie sur les épaules du chef de projet. « Son rôle est primordial, souligne Marie Sophie Godet. Il doit être en capacité de s’imposer à l’équipe tout en permettant à chacun de trouver sa place et d’exprimer ses qualités. Il doit être ouvert, à l’écoute, rigoureux, cohérent, avoir du charisme et en même temps être ferme sur les coûts, la qualité, les délais. » En clair, il donne la direction, le tempo mais aussi du sens et de la valeur au projet. 

Le chef de projet doit donc être engagé et engageant : « L’engagement, c’est la clé de voûte de tout l’édifice. Sans lui, rien de possible. Le chef de projet, par son leadership, va essayer d’amener chaque collaborateur à transcender sa satisfaction personnelle et sa motivation individuelle pour les mettre au service de la réussite du projet et du collectif. » Le mode projet, s’il est utilisé de manière adéquate, permettra donc à l’organisation de gagner en maturité tout en responsabilisant davantage ses collaborateurs. Au final, c’est l’équipe qui réussit et non le manager tout seul.  

Allez plus loin, formez vous à la conduite de projets