L’accompagnement de participants en formation continue à l’Executive Education

La reprise d’études entraîne pour nos participants des enjeux professionnels et personnels importants. Ainsi, chaque programme diplômant de l’Executive Education de Rennes School of Business propose des séances de coaching afin que chacun atteigne les objectifs professionnels qu’il s’est fixé pendant sa formation. Découvrons comment Florence Divet, coach à l’Executive Education depuis 2018, accompagne les participants du programme Executive MBA.

Comment accompagnez-vous un participant en reconversion professionnelle et un participant en création d’entreprise ?

J’accompagne de la même manière les participants en reconversion professionnelle et ceux en création d’entreprise. Cela reste un accompagnement de coaching à savoir, ils déterminent là où ils en sont, là où ils veulent aller, et nous travaillons ensemble à réduire la distance entre les deux.

Néanmoins, en général, il y a une différence entre les 2 types d’accompagnement proposés ici :

  • Les participants en création d’entreprise ont une idée plus claire de là où ils veulent aller. Et du coup l’accompagnement se fait alors sur un projet concret sur lequel ils avancent, qu’ils aient déjà créé ou non leur entreprise. Il est à noter qu’en général aussi leur motivation et énergie pour avancer est importante, car ils sont déjà clairs et alignés.
  • Cette clarté de savoir où ils veulent aller n’est pas souvent présente avec des participants en reconversion professionnelle. Du coup une grande partie de l’accompagnement va être autour de cette réflexion pour les aider à identifier ou simplement clarifier vers où ils veulent aller. Et une réflexion comme toute réflexion demande du temps, de l’espace, des itérations. L’énergie ici sera donc différente et peut-être davantage en dents de scie en fonction de là où ils en seront dans leur réflexion et du degré d’avancement ressenti sur le sujet.

Quelles sont les clefs pour leur donner confiance en eux ?

Mon rôle n’est pas de leur apporter les clefs pour leur donner confiance en eux, sauf si c’est un sujet sur lequel ils souhaitent travailler. Auquel cas, mon rôle est de les aider à trouver les clefs qui sont les leur, car sur ce sujet nous sommes tous différents, et du coup nos clefs aussi.

Néanmoins, une approche qui peut servir à tous pour se donner confiance en soi, est de décomposer ce que nous voulons faire en plus petites tâches facilement réalisables, et du coup l’avancement puis la réalisation de chacune de ces petites tâches nous permet de prendre confiance en nos capacités et donc en nous.

Comment accompagnez-vous les participants sur l’aspect vie pro/vie perso, en plus de la reprise d’étude ?

Le challenge de reprendre ses études et de gérer vie pro/vie perso existe clairement, et fait partie de l’éco-système des participants, mais au final peu se font coacher sur ce sujet. Je pense que c’est dû au fait qu’ils avaient anticipé ce challenge en amont et aussi, en général, pris la décision en commun accord avec le conjoint, la famille et l’employeur.

Le problème se pose davantage si la situation financière/professionnelle change entre le moment de leur application et le début de leurs études, ou au cours de leurs études.

Quelle est votre plus grande fierté en tant que coach ?

En tant que coach, bien que je ne sois pas attachée aux résultats, ma plus grande fierté est de voir le changement dans les personnes que j’accompagne. Et c’est sûr que lorsqu’on voit une personne se trouver, monter en confiance, s’épanouir, ça vient nourrir le sens que l’on donne à notre travail de coach.

Ainsi ma plus grande fierté en tant que coach est d’avoir aidé des personnes à initier et réaliser le changement qui avait du sens pour eux, et ma gratitude à tous mes clients de m’avoir en plus permise de grandir et d’affiner mes outils et compétences au passage.

Quel est le projet que vous avez vu naitre et qui vous a marqué ?

Beaucoup d’accompagnement m’ont marqués car ils ont résonné avec moi d’une manière ou d’une autre, ils m’ont fait apprendre ou grandir, ils m’ont émue.

Un des accompagnements de Rennes SB me vient tout de suite à l’esprit sur la réflexion d’une entrepreneuse de changer la localisation de son entreprise, car il y eut un effet financier immédiat, suivi d’une réorganisation efficiente et efficace de l’entreprise. Et un an après, d’un réel épanouissement de la cheffe d’entreprise de par l’alignement total entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle et d’un gain de temps utilisé pour explorer d’autres désirs comme celui d’aider les autres en partageant son expérience.

La relocalisation a en effet permis de redonner du sens à ses valeurs à elle, à celle de son entreprise, et d’avoir pour la 1ère fois toute l’équipe localisée en un seul endroit, y compris la chaine logistique qui autrefois était délocalisée, pour être au plus près des utilisateurs de leurs produits.

Quels sont les grands challenges qui attendent nos participants de la formation continue ?

Les grands challenges pour nos participants seront de:

  • Devoir/ apprendre à composer avec un monde en pleine mutation (les enjeux climatiques et sociétaux différents : différences démographiques, différences de consommation …) que l’on ne peut pas actuellement vraiment anticiper.
  • Naviguer dans un monde où l’économie (à la base de leur diplôme et du management) est fortement remise en cause et doit se réinventer
  • Apprendre à évoluer dans un monde dont les valeurs changent et y faire face à la fois comme acteur économique mais aussi comme citoyen de ce monde – leurs propres valeurs seront testées, pour certains remises en cause et donc potentiellement changées

Quels conseils donneriez-vous à nos participants face à ces challenges ?

De manière concrète :

  • Savoir garder leur optimisme face à la lassitude générale qui s’installe
  • Faire preuve d’une plus grande flexibilité et agilité tout au long de leurs études aux changements changements sociétaux impactant leur travail, leurs études.
  • Apprendre à réellement maîtriser l’hybride (mix présentiel et virtuel) pour leurs études, leur travail et leurs groupes de travail.
  • Garder un cap aligné avec leurs valeurs et pour lequel, le voyage, le moyen de transport voire la destination finale pourront être impactés par ce qui émergera à court terme.

Cet article vous a plu ? Alors vous devriez aimer notre article « Les 3 défis qui attendent les managers en reconversion professionnelle »

Lire l’article